Conseils pour la souscription d’une mutuelle santé

Mutuelle 2

L’affiliation à une Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) ou au régime de l’assurance-maladie de la Sécurité sociale est obligatoire pour toute personne qui travaille en France. À défaut, les non-travailleurs vont bénéficier de la Couverture maladie universelle (CMU) qui nécessite toutefois une présence de plus de trois mois sur le sol hexagonal. De cette façon, les dépenses de santé de ces personnes sont prises en charge par la Sécurité sociale, à hauteur de 70 % en moyenne. C’est ainsi que la mutuelle santé présente toute son utilité. En effet, elle prend en charge la totalité ou une partie du ticket modérateur, c’est-à-dire les dépenses qui ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale. Le site comparateur et mutuelle prodigue de précieux conseils pour la souscription d’un tel contrat.

Bien définir les besoins

En tant que spécialiste en matière de mutuelle santé, la plateforme comparateur et mutuelle préconise aux souscripteurs de déterminer le niveau de remboursement que vous désirez. Et ce, pour les différents postes de santé comme les soins médicaux normaux tels que les consultations, les examens et les médicaments, ainsi que les soins d’hospitalisation. Il convient également de regarder de près le remboursement proposé en matière de soins d’optique et des soins dentaires.

Pour cela, il est important de prendre en compte vos ennuis de santé actuels et ceux qui pourraient vous affecter dans le futur. Il faut par ailleurs souligner que le montant des cotisations dépend étroitement du niveau de prise en charge. Il est par conséquent recommandé de chercher un juste équilibre entre le budget que vous allouez à votre mutuelle santé et le degré de couverture.

Connaitre le délai de stage et les exclusions de garantie

Le portail comparateur et mutuelle vous met également en garde contre le délai de stage et les exclusions de garantie. Le premier est la période pendant laquelle vous n’êtes pas encore couvert par l’assurance, même si vous payez normalement vos cotisations. Également appelé « délai de carence », il s’étend la plupart du temps entre un et trois mois. Le second concerne des situations où vous ne pouvez pas bénéficier de votre garantie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *